Infos sociales

UNION NATIONALE DES INSTITUTS DE BEAUTE

Rechercher sur notre site

Pour résoudre un conflit dans l'entreprise de façon rapide, efficace et peu coûteuse, une solution souvent efficace : la médiation. De plus en plus utilisée, cette démarche permet d’aboutir à un accord possédant la même valeur qu'une décision judiciaire.

 

 

Toute activité professionnelle peut générer des conflits ou des litiges entre salariés, partenaires, associés, fournisseurs, clients et concurrents.

Le chef d’entreprise est souvent en capacité de trouver une issue mais certains cas sont plus délicats que d'autres et susceptibles de pénaliser l’avenir. Le premier réflexe est le recours à des procédures, contentieuses ou judiciaires, lesquelles se révèlent souvent coûteuses, longues et incertaines. La médiation offre une voie différente pour gérer ces conflits.

Avantages : plus souple et plus rapide qu’une action judiciaire, elle permet aux protagonistes de garder la maitrise de la recherche et de la mise en application des solutions.

 

I. Définir des règles

Impartial et indépendant, le médiateur ne prend pas partie et ne cherche pas à déterminer une responsabilité. Son rôle est d’amener les personnes à renouer le dialogue et à confronter leurs points de vue afin de conclure un accord durable et acceptable satisfaisant les intérêts de chacun.

Pour ce faire, ce spécialiste de la gestion des conflits (avocat, juriste, médiateur de la République. . .) doit, dans un premier temps, instaurer la confiance, préalable nécessaire pour le succès de la démarche, et mettre tout le monde d’accord sur la procédure à suivre. Il informe les parties des règles du jeu, consignées dans un protocole approuvé par les deux camps.

 

II. Récolter les informations nécessaires

Une fois le cadre de fonctionnement accepté, la médiation peut démarrer sur des bases acceptées des deux parties. "L'arbitre" récolte les informations sur le litige en interrogeant les protagonistes et en rassemblant les documents nécessaires. Au fil des entretiens, le médiateur se familiarise avec les éléments et résume les points d’accords et de désaccords en veillant a conserver sa qualité de tiers neutre. Ce travail d’enquêteur est primordial pour engager la négociation a proprement parler.

 

III. Négocier

Apres avoir dressé l’inventaire des questions à régler, les parties recherchent, toujours avec le médiateur, les meilleures solutions possibles prenant en compte les implications juridiques, fiscales, financières et personnelles de chacun. Il ne s’agit pas d’une confrontation mais d’une discussion permettant de trouver un terrain d’entente. Durant ces rendez-vous, le médiateur joue son rôle d’arbitre sans jamais juger.

 

IV. Tomber d'accord

Quand les deux parties sont parvenues à s’entendre, les engagements font l’objet d’un protocole rédigé par le médiateur. Reste ensuite à appliquer et à respecter les décisions. Au terme de la médiation, les parties peuvent faire homologuer le document par un tribunal. Le juge prend alors acte : l’accord possède la même force qu’un jugement.

 

Source : Agir & entreprendre (mars/avril 2009)

Sur l'espace adhérents :

En prenant votre adhésion à l'UNIB, vous auriez accès à : 

 

  • Veille juridique : Les stages en entreprises : attention nouveautés
  • Transmission reprise d'entreprises : Propositions de l'UPA
  • Les Aides à l'Embauche dans les TPE
  • La Convention Collective
  • Le Document Unique 
  • L'Affichage Obligatoire

 

Pour Adhérer cliquez ICI 

 

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6